“The City is Wilder”, Street Art Installation par Robert Montgomery ài Berlin

Lundi, 08 Juillet 2013 15:16

L'oeuvre de Robert Montgomery "The City is wilder" a été officiellement révélée au public le 24 Avril dernier. Chacun peut admirer l'oeuvre de l'artiste écossais, peu importe ce qu'ils font, qu'ils soient en vacances, en train de clubber au Katerholzig ou bien seulement de passage dans la rue.

La gallerie AJL Art, en collaboration avec Holzmarkt e. G ont invité Robert Montgomery à installer sa dernière oeuvre à cet endroit précis. Cette composition de lumière est située sur un terrain dont l'usage est fortement disputé, en face du Katerholzig, et reflète dans la Spree dès le couché du soleil. Le futur de ce terrain (terrain qui accueillait il y a peu de temps le légendaire Bar25) est actuellement très incertain. Des investisseurs privés sont farouchement opposés aux collectivités locales dans une bataille pour obtenir l'une des dernières "digues" encore disponible à Berlin. Et comme vous pouvez le deviner, ces investisseurs ne partagent pas vraiment le même point de vue en ce qui concerne le futur de cette parcelle. Pour cette raison, l'art de Montgomery ne peut être réduit à un simple décor urbain : Montgomery est un artiste véritablement engagé.

Montgomery travaille surtout dans la rue, mais ne se considère pas comme un "street artist", mais plutôt comme un artiste mélancolique et "post-situationniste". Souvent considéré comme un artiste conceptuel, il suit en fait une tradition britannique de poésie concrète, à un carrefour entre l'art et la poésie. Les "actions artistiques" de Robert Montgomery doivent être considérés comme un tout afin d'être bien comprises. Il ne cherche pas à créer une excitation superflue, il veut nous avertir.

Son site :  http://www.robertmontgomery.org/robertmontgomery.org/ROBERT_MONTGOMERY.html

Katerholzig, Michaelkirchstrasse 23, 10179 Berlin

U8 : Heinrich-Heine-Str / S : Jannowitzbrücke

The city is wilder than you think and kinder than you think, it is a valley and you are a horse in it, it is a house and you are a child in it, safe and warm here, in the fire of each other.

Facebook Twitter
 

Cosmos of Colour, Itten - Klee au Martin Gropius Bau

Samedi, 06 Juillet 2013 14:41

Cosmos of Colour, Itten - Klee au Martin Gropius Bau

Du 25 Avril au 29 Juillet 2013

Heures d'ouverture :

Mercredi à Lundi 10:00-19:00

Fermé le mardi

 

Billets

Billet à l'unité 9 € / tarif réduit € 7

Entrée gratuite pour les moins de 16 ans

Groupes de 5 personnes:

€ 7 p. p. / Réduit € 5 p. p.

 

Une exposition du Kunstmuseum, Berne et le Martin-Gropius-Bau, Berlin. Financé par les Fonds culturel de Berlin. Avec le soutien de Pro Helvetia. Organisée par Monika Schäfer, Christoph Wagner.

Johannes Itten et Paul Klee se sont imposés dans l'histoire de l'art du 20e siècle grâce à leurs remarquables théories sur la couleur.

Le travail sur la couleur de Johannes Itten est souvent considéré comme une source d'inspiration pour l'analyse des couleurs des saisons. Itten fut le premier à associer les palettes de couleurs avec quatre « types » de personnes, et désigna ces « types » avec les noms des saisons. Peu de temps après sa mort, ses désignations ont gagné en popularité dans l'industrie des cosmétiques, avec la publication de « Color Me A Season ». Aujourd’hui, les cosmétologues continuent d’utiliser l'analyse des couleurs de saison.

Paul Klee était un dessinateur naturaliste, et a développé, après une longue expérimentation, une grande maîtrise de la couleur et des tons. Il utilise une grande variété de palettes de couleurs, allant de presque monochromatique à très polychrome.

Chacun partait du principe que l'ordre des couleurs était logiquement structuré comme un cosmos autonome. De récentes sources montrent que les deux artistes se référaient aux mêmes sources intellectuelles, parfois ésotériques, et ils s’inspiraient mutuellement. Ils ont tous deux développé leurs idées sur la couleur au cours de plusieurs décennies de réflexion et de travail, et les ont appliqué dans leur art.

L’exposition porte un regard neuf sur ces deux principaux représentants du modernisme classique, elle est composée d’environ 200 œuvres (y compris peintures, dessins et graphiques)

Facebook Twitter
 

FROM RADIANCE AND DISSOLUTION organisée par Margarida Mendes

Jeudi, 04 Juillet 2013 14:15

La gallerie Kraupa-Tuskany Zeidler Gallery reçoit l'exposition "From Radiance and Dissolution", composée de travaux de Aids-3D, Max Eastley, Diogo Evangelista, Tamara Henderson, Eduardo Kac, Alex Kwartler, Kareem Lotfy, Chris Martin, Georg von Welling, James Whitney, Adolf Wölfy ; organisée par Margarida Mendes.

Ouverture le 5 Juillet, de 19h à 21h

Dans cette ère de grande accélération, nous affrontons l'abstrait avec des yeux méfiants et une incrédulité modérée. Compte tenu de l'atmosphère pleine d'hybrides qui prolifèrent en permanence autour de nous, comme un signe de la distorsion et de l'opacité provoqué par l'accumulation de couches successives de valeur abstraite, les entités finies ne peuvent plus être perçue comme telles. Au contraire, elles agissent comme des surfaces spectrales transmettant du sens, faisant allusion à des zones d'intensité constamment en lutte.

Du spiritisme originel à la montée du mysticisme algorithmique des premiers jours de l'ère cybernétique de la financiarisation, le rôle de l'abstraction a toujours été de rendre compte de la complexité du monde et de représenter l'inconnu. Pour accomplir cette tâche importante, l'homme a développé des outils scientifiques et les discours mystiques afin de pouvoir cartographier en détail l'univers et s'expliquer les mystères du cosmos. Toutefois, l'étude de la téléologie a rapidement été condamnée du fait de la fausseté même de tout raisonnement transcendantal, qui ne soulève que des conflits flous et détruit tout raisonnement rationnel.

En réaction à la surcharge des procédés de cryptage et d'effacement, la vision que nous avons de l'abstrait est aujourd'hui plus complexe que jamais, car elle est le résultat d'un choc des modèles précédents. L'inclusion de satire ou de l'aléatoire, ainsi que la résurgence de la naïveté ou de psychédélisme, permet aujourd'hui de considérer l'abstraction post-numérique comme pertinente, puisqu'elle est criticable du fait de ses dépenses superflues, épuisant le domaine visuel.

Pourrions-nous être désormais confrontés à un moment où l'imagerie et de l'information ont atteint un niveau si hybride, qu'une une image n'est en fait plus qu'un angle-mort ou une image résiduelle d'elle-même ? Et si oui, doit-on se sentir enfermé ou soulagé par la possibilité d'une forme mutante, évoluant constamment ?

From Radiance and Dissolution est une exposition sur les forces structurantes qui traversent différents régimes de représentation, et qui met l'accent sur ​​les processus de libération de la forme. Du flux de la conscience à l'hallucination visuelle, cette exposition comprend des œuvres qui font appel à l'œil intérieur, stimulant la cartographie biochimique et éphémère de l'humain ainsi que l'expansion des formes. La quête de l'abstraction est plus pertinente et précieuse que jamais : la recherche de la substance même de l'image à travers la recherche de l'inconnu.

Margarida Mendes

_

Kraupa-Tuskany Zeidler
Karl–Liebknecht–Straße 29
4th floor
10178 Berlin

http://aktnz.com/

Facebook Twitter
 

Zoomwooz Live Cinema au Mindpirates Berlin

Mercredi, 03 Juillet 2013 13:23

Zoomwooz est une performance audio-video, reflétant les fonctionnements de la société humaine ansi que les différents systèmes qui l'entourent. Il s'agit en fait surtout de la position individuelle d'un être, dans ce cadre systématiquement changeant que nous appelons société.

Ce projet est né dans un bar à Berlin, et était au tout début une idée très floue. Dans son processus de création, le projet a beaucoup voyagé : Bolivie, Espagne, Corée du Sud.. Aujourd'hui, Zoomwooz est de retour à Berlin (Mercredi 3 Juillet) au Mindpirates.

Ce show audiovisuel va submerger le spectateur dans un monde d'images et de sons, qui se confronte à la réalité, à notre propre monde, un monde qui fait appel à nos émotions. Un monde de papier et de carton qui est transformé - à l'aide de techniques vidéos et d'ordinateurs - en quelque chose de différent, devant les yeux du spectateur. Un monde éphémère qui nous permet de parler de nous même, de nos peurs, de nos désirs, plaisirs et aventures, qui nous permet de parler de toute la société, expliquer comment un système intègre un autre système, qui lui même en intègre un autre à son tour et ainsi de suite.. Dans le projet Zoomwooz, tout devait être construit d'une telle façon que tout devait rentrer dans deux valises, chacune pesant 23 kilos. Ainsi, les matériaux et les dimensions devaient s'adapter à ces conditions. Mais très vite Zoomwooz s'est rendu compte que tous les sujets qui devaient être traités, exprimés, pesaient bien plus de 46 kilos. Cette société changeante, en constante mutation, ces espoirs et ces frustrations évoluants sans cesse ont fait grandir le projet, l'ont développé, le faisant s'adapter à chaque nouvel espace qu'il rencontre.

Pour expliciter cela de façon plus précise : imaginez seulement un plateau de tournage où deux artistes inventent et développent une histoire, à l'aide d'une caméra vidéo, de lampes torches, différents fonds sur lesquels le live vidéo est projeté. Imaginez que ces images sont complétées par des cartoons fait par ordinateurs, ayant l'air de sortir tout droit d'une science-fiction ou d'un comic. Imaginez que ce film est réalisé et monté d'une manière unique dans chaque endroit où on le projette. De cette façon, le spectacle final est toujours plus enrichit. Loin de s'adapter, il se recréé à chaque fois sous une forme différente. Imaginez aussi que le spectateur puisse être en même temps témoin de la création et construction de l'histoire. Il peut choisir à n'importe quel moment entre "l'image finale" (le résultats de l'action des interprètes) et les "coulisses" (comment les images et l'histoire sont construits), en direct, dans l'instant absolu, sans trucages, à la vue de tous.

Ouverture des portes à 20:00, début à 21:00

zoomwooz installation view from karla on Vimeo.

Mindpirates, Schlesische Str. 38, 10997 Berlin

Facebook Twitter
 

ALTER ANGLE @ SomoS - Fashion Week Artists’ Spotlight

Mardi, 02 Juillet 2013 13:52

Opening: 4 Juillet 2013, 14h-22h
Réception 19h
Performance par Mischa Badasyan

Du 5 au 13 Juillet 2013, Jeudi, Vendredi, Samedi, de 16h à 18h, et par rendez-vous.

Une sélection d'oeuvres sur les thèmes de l'identité, de la mode et de l'auto-représentation, mais aussi de pièces de design raffinées qui illustrent l'expression de soi, caractéristique de l'underground créatif de Berlin, de ses outsiders et la culture club. Organisé par Justin Ross et Somos.

Ces artistes nous invites à réfléchir sur la mode et l'auto-représentation d'une façon radicalement différente, plus liée à l'assouvissement de besoins profondément personnels, sociaux, psychologiques et sexuels. 

- Ces oeuvres comprennent "The Exactitudes" par Ari Versluis & Ellie Uyttenbroek, de Rotterdam. Exactitudes est la contraction de exacte et attitude. En plaçant leurs sujets, habillés de la même façon, dans un cadre identique, leur faisant prendre les mêmes poses, Versluis et Uyttenbroek offrent un dossier anthropologique, presque scientifique, qui montre comment ces personnes tentent de se distinguer des autres, en exposant leur appartenance à un groupe, à une identité spécifique.

http://www.exactitudes.com/


- Représentations de diverses manières ("do it yourself") de se réinventer personnellement (inspiré par les Cockettes, les superstars de Warhol et Leigh Bowery), récupérées de l'underground queer et transsexuel par le cinéaste et photographe J.Jackie Baier de Berlin.


http://www.jackielynn.de/


- Des oeuvres choisies de "Synchrodogs" par Tania Shcheglova & Roman Noven, ainsi que des oeuvres de Bobby Collins, qui nous présentent un façon de s'exprimer, profondément personnelle, provocante et excentrique.

Tania Schcheglova et Roman Noven (Synchrodogs) : http://www.synchrodogs.com/


Bobby Collins : http://www.streykatt.com/


- Les oeuvres de Christa Joo Hyun D'Angelo "révèlent la structure de la séduction commerciale"  en obscurcissant ses personnages principaux : des modèles, mais aussi des produits, le sexe, le luxe. Ses collages sont révélateurs d'une réaction intime face au monde de la mode, de la publicité de luxe.

http://www.christajdangelo.com/


- Expert du textile japonais, conservateur et artiste, Walter Bruno Brix créé des oeuvres d'art en utilisant des vêtements de mode, afin de discuter différents thèmes : le sexe, le genre, l'histoire de la sexualité.

https://walterbrunobrix.wordpress.com/


- Tulip entreprises juxtapose des positions et gestures représentatives de l'auto-représentation, féminines et masculines, et juxtapose de la même façon la mode pour femme d'Europe de l'Est avec l'érotisme masculin des Etats-Unis.

http://www.flickr.com/photos/tulip-enterprises/


La partie design présente des pièces et accessoires innovants par Chaca, Aurelia Paumelle, Sadak, Simone Rainer, Grosser Heinrich et Tata Christiane.

Chaca - http://www.chaca.cc/
Aurelia Paumelle - aureliapaumelle.com
Simone Rainer - http://www.simonerainer.com/
Sadak - http://www.notjustalabel.com/sadak
Großer Heinrich - http://www.grosserheinrich.de/
Tata Christiane - http://www.tatachristiane.com/

Soutenu par Our / Berlin vodka.

Info: 0172 3118431

Image/flyer: Otavio Santiago / osc design
http://www.otaviosantiago.com/
https://www.facebook.com/osc.visual.arts

 

Kottbusser Damm 95, 10976 Berlin

Facebook event : https://www.facebook.com/events/606188389415995/

 


Facebook Twitter
 

Page 7 sur 71